La compression by César

Saviez-vous qu’une voiture peut valoir plus cher une fois qu’elle est écrasée ? Enfin, tout dépend de qui la compresse…


compression art, art écrasé, ichwan noor, césar, voiture compressée, trophé césar, oeuvres improbables, secret d'art, anecdote insolite, décrypter une oeuvre, grands mouvements artistiques peinture, histoire de l art, analyse etude d une oeuvre d art, comment identifier les mouvements artistiques
Si vous reconnaissez ce Furby c'est que vous êtes au moins aussi vieux que nous... - Giphy DR

Pour les plus distraits en cours d’Arts plastiques, le nom de César évoque peut-être un empereur romain ou une salade au poulet. Ceux qui nous connaissent et savent que l’on parle rarement de salade, pensent peut-être plutôt à l’artiste auteur du Pouce géant ou des sculptures-trophées de la Cérémonie des Césars, l’équivalent des Oscars pour le cinéma français. Les plus experts, ceux qui ont une mémoire d’éléphant, savent que cet artiste est également l’inventeur de la Compression, le sujet qui nous intéresse ici.


On entend déjà les mauvaises langues râler, « si c’est pour nous parler mécanique et presse hydraulique… Non merci… ». César n’a évidemment pas inventé la machine à compression mais c’est lui qui a fait de la Compression une œuvre, une véritable révolution dans le milieu artistique.


Dans les années 1960, César découvre une presse hydraulique capable d’engloutir une voiture chez un ferrailleur à Gennevilliers. Il décide alors d’utiliser ce procédé et présente au Salon de Mai une série intitulée Trois tonnes, composée de trois voitures compressées. Tandis que le public est scandalisé, le critique d’art Pierre Restany y voit une rupture décisive et invite César à rejoindre le mouvement du Nouveau Réalisme, qui défie la société de consommation.


En effet, après le Ready-made qui faisait d’un objet du quotidien une œuvre d’art sans réel procédé créatif, le Nouveau Réalisme s’approprie le réel et recycle ou détruit les objets du quotidien pour en faire de l’art. C’est ainsi la destruction qui donne de la valeur et un statut artistique à l’objet « créé ».



En détruisant des choses, César a trouvé le bon filon. Les Compressions de 40 à 50 cm sont vendues entre 10 000 et 50 000€, alors on vous laisse imaginer pour les grands formats… Bon, on vous déconseille quand même d’attaquer votre voiture au marteau car cela ne marche pas pour tout le monde…


En 1965, César inverse son procédé et crée des Expansions telles que le moulage de son pouce agrandi, mais il continuera de réaliser des Compressions tout au long de sa carrière. Faites de déchets industriels pour la Compression murale, de montres et d’or pour ses bijoux, ou de voitures pour les versions monumentales, elles sont la marque de fabrique de l’artiste.


Comme dit Bernard Blistène, directeur du Centre Pompidou, « on ne dit pas « les compressions de César », mais « les compressions » et l’on sait de quoi et de qui l’on parle. » Bon, nous ça nous semble un peu catégorique de penser que tout le monde associe spontanément la Compression à César… Mais désormais, vous, vous saurez « de qui l’on parle ».



Le truc en plus


Si LA Compression avec un grand C est associée à César, avec un grand C aussi, logique, au moins un autre artiste s’est attaqué au sujet avec des compressions de voitures. Il s’agit de Ichwan Noor qui s’est concentré sur les voitures des années 50 qu’il a compressées sous forme sphérique ou carrée.




Copyrights :

Compression Dauphine, 1959, César - Mamac Nice DR

Compression Ricard, 1962, César - SBJ / Adagp, Paris - Photo : Philippe Migeat - Centre Pompidou, MNAM-CCI/Dist. RMN-GP

César, trois pendentif « Compression » - Artcurial

Beetle Sphere, 2013, Ichwan Noor - Images : Ichwan Noor

Beetle Sphere, 2018, Ichwan Noor - Images : Ichwan Noor

Beetle Sphere, Ichwan Noor - Images : Ichwan Noor



👇 PARTAGEZ L'ARTICLE 👇

  • Facebook
  • Instagram