Les nuits parisiennes : la Saint-Barthélémy

Saviez-vous qu'en Août 1572, il ne faisait pas bon sortir le soir pour se promener en mangeant une glace le long de la Seine ?

Photo Peinture Saint Barthélémy Paris, secret d histoire, personnages historiques, les secrets de l histoire, anecdote historique, anecdote insolite, anecdote amusante, biographie, apprendre en s'amusant, briller en société, l'histoire pour les nuls, balade historique, promenade dans les pas de l'histoire
On se croirait presque à une dispersion de manif place de la République. Enfin pas vraiment quand même car la Saint-Barthélémy est l'un des moments les plus sombres de l'histoire de France - F.Dubois 1580

Les nuits de Paris ne sont pas réputées pour être les plus festives d’Europe. Pourtant, nous avons la Nuit des Musées, ou encore la Nuit Blanche qui sont deux évènements marquants de l’année. Et puis nous avons aussi Les nuits parisiennes chantées par Louise Attaque...


Mais nous avons également la Nuit de la Saint-Barthélemy, beaucoup moins festive il faut l’avouer… Nous sommes en 1572. La France vit une période trouble marquée par des conflits religieux entre les catholiques et les protestants.  

Malgré le traité de Saint-Germain-en-Laye, signé en 1570, qui met fin à la guerre entre les deux camps, la situation reste extrêmement tendue. Paris est une poudrière qui ne demande qu’à s’enflammer. 

Pour apaiser la situation, Catherine de Médicis, la mère du roi Charles IX, décide d’unir sa fille Marguerite de Valois, la fameuse reine Margot, à Henri de Navarre, le futur Henri IV, chef du parti protestant. 

Le mariage a lieu le 18 août 1572. Il est très mal accepté par les Parisiens, fervents catholiques et par le chef du parti catholique, le Duc de Guise. 

Le 22 août, une tentative d’assassinat vise Gaspard de Coligny, l’un des principaux chefs protestants, alors qu’il sort du Louvre. Il en réchappe par miracle… La tension est extrême. 


La nuit du 23 au 24 août 1572, 4000 protestants sont massacrés. On a vu plus festif comme soir d'été...

Les portes de Paris sont alors fermées et le Duc de Guise a la responsabilité d’empêcher la ville de se soulever. Plutôt une aubaine pour lui car il a pour projet d’éliminer les chefs protestants.  Le soir du 23 août 1572, il met son plan en œuvre et fait exécuter les chefs protestants. 

Après, n’ayons pas peur des mots, tout part en sucette. De nombreux Parisiens chauffés à blanc participent à l’opération et c’est un massacre sans nom. Tous les protestants sont exécutés sauvagement durant la nuit du 23 au 24 août. On comptera plus de 4000 victimes. Un vrai carnage.  Décidément, il ne faut pas énerver un Parisien, il a tendance à être un peu sanguin... De nombreux événements de l'Histoire de France l'ont montré d'ailleurs, mais nous nous éloignons de notre sujet...


La nuit de la Saint-Barthélemy rouvre l’épisode des guerres de religion qui ne sera définitivement réglé que bien des années plus tard, juste avant la Révolution Française de 1789. Où le peuple parisien va encore s'énerver d'ailleurs... 


La culture sur le terrain : La Saint-Barthélemy


Les faits se sont déroulés tout près du Louvre. L'Eglise Saint-Germain-l'Auxerrois en le seul témoin encore vivant. C'est en effet de son clocher que le signal du début du massacre a été donné...


VOIR SUR LA CARTE

  • Facebook
  • Instagram