Comment gérer un serveur mal aimable ?

Saviez-vous que l'une des spécialités de Paris est le serveur de brasserie mal aimable ? Cette compétence atteint un tel niveau de perfection que l'on pourrait penser qu'il existe une école pour ça...

Photo de serveur Paris, astuce, serveur malaimable, paris mauvais service, pourquoi les serveurs sont malpolis
Nous, en train de nous échauffer pour un « Mawashigueri» - by Roger(S)

Pour profiter de Paris, il y a des compétences indispensables. Parmi elles, on peut citer savoir prendre le métro, être au courant des derniers restos à la mode ou encore parler des expositions du Grand Palais. 

Mais s’il en est une qui est indispensable entre toutes, c’est bel et bien savoir gérer les serveurs mal aimables. Il faut malheureusement avouer que la réputation de Paris en la matière est parfaitement justifiée. Remarquez, les plus positifs diront « A à peine 15€ le coca, on ne peut pas tout avoir… ».

Si avec le temps, le Parisien s’habitue et ne fait même plus attention, pour le touriste c’est un cauchemar. Il faut dire qu’il n’a pas encore pu développer les techniques de base pour se sortir de ces situations.

Le plus simple pour se sortir de toutes les situations est d’adopter les techniques de base de la « Roger Attitude » que nous vous dévoilons ci-dessous.

Étape 1 : Se préparer mentalement à vous mettre dans la peau d’un client

C’est le moment le plus dur de la méthode pour un Parisien. La plupart du temps il ne sait même pas ce que veut dire être un client tant il a été mal habitué… Mais rassurez-vous, c’est très simple. 

Lorsque vous êtes devant le bar ou le resto, fermez les yeux, respirez lentement et imaginez une personne aimable et souriante, aux petits soins avec vous, qui anticipe vos demandes et fait tout pour vous mettre à l’aise. 

Ouvrez les yeux lentement, c’est important car sinon le retour à la réalité risque d’être très dur.

Ça y’est, vous êtes en face du serveur mal aimable. 


La méthode du « Mawashigueri», bien qu'assez difficile à mettre en oeuvre, est la plus efficace pour redonner de la bonne humeur à un serveur parisien.

Étape 2 : Appliquer l’une des méthodes suivantes


  • La méthode dite du « Miroir »

Reflétez la qualité de l’accueil. N’ayez même pas un regard pour le serveur et jouez l’indifférence. Si une chose ne vous plait pas, n’hésitez pas à le dire. A partir du moment où vous n’avez même pas commandé, n’hésitez pas à partir si vous n’êtes pas content. 

Cette technique est la préférée des Parisiens. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils ont eux aussi la réputation d’être désagréables…

  • La méthode dite du « Miroir Inversé »

C’est la même méthode que la précédente sauf que c’est l’inverse. A l’agression, répondez par un  grand sourire. Les théoriciens de la méthode garantissent que cette technique parfaitement déstabilisante permet de venir à bout des pires énergumènes. C’est la technique qui monte en ce moment à Paris. 

  • La méthode dite du « Mawashigueri» 

C’est la méthode la plus radicale que tous les Parisiens aimeraient maitriser. 

Si un serveur mal aimable vous ennuie, un bon coup de pied circulaire, ou Mawashigueri pour les spécialistes, et hop, plus de serveur… Cette technique est encore au stade expérimental car elle présente encore des effets secondaires importants :

·      Vous risquez de vous bloquer le dos si vous n’êtes pas assez entrainé

·      Vous n’avez plus de serveur ce qui est encore moins efficace qu’un serveur mal aimable

·      Vous risquez d’être obligé de partir en courant pour ne pas vous faire attraper. 

A vous de choisir votre méthode préférée. Notons d’ailleurs qu’il y a aussi la possibilité d’aller dans des établissements tenus par une nouvelle génération de restaurateurs pour qui le service et l’accueil ont une dimension importante. Fort heureusement, on en trouve de plus en plus dans Paris, en particulier dans les quartiers branchés et pas encore très touristiques. 


La culture sur le terrain : Les endroits où les serveurs sont mal aimables à Paris


Là, c'est simple, c'est dans tout Paris...


VOIR SUR LA CARTE

  • Facebook
  • Instagram