Archive : Georgia O’Keeffe au Centre Pompidou

Découvrez la première artiste féminine à s’être imposée aux États-Unis avec ses toiles plus ou moins abstraites.


  • Du 8 septembre au 6 décembre 2021

Photo in situ vue de l'exposition Georgia O'Keeffe peinture abstraite au Centre Pompidou, que visiter à paris, oeuvre d art, musée paris, ouverture musée, expositions musées
Y a pas à dire, c'est beau... - Oeuvre de Georgia O'Keeffe exposée au Centre Pompidou

Lorsque l’on parle de l’art de Georgia O’Keeffe, il y a trois écoles. Ceux qui sont franchement experts et voient tout de suite de quoi l’on parle, ceux qui admettent très honnêtement ne pas se représenter son style et, en majorité, ceux qui font semblant de savoir de quoi il s’agit.


Force est d’admettre que si le nom de cette artiste peut plus ou moins nous parler, nous sommes plutôt loin d’avoir un nom de toile en tête. Il faut dire que c’est la première rétrospective consacrée à Georgia O’Keeffe en France.


Et il était temps de rattraper ce retard. D’une part parce que ses œuvres sont tout simplement sublimes et valent clairement le détour. D’autre part car Georgia O’Keeffe n’est pas n’importe qui. On est plutôt sur du très VIP…


En effet, cette artiste a grandement contribué à l’émergence de l’Art moderne aux États-Unis dès la fin des années 1910. Elle est alors la première femme à s’imposer dans ce milieu très fermé.


Après une phase de paysagisme traditionnel plutôt Art nouveau, elle développe un style plus romantique et finit par basculer vers l’abstraction. Elle sera d’ailleurs l’une des figures pionnières de l’Art abstrait américain.


Photo in situ vue de l'exposition Georgia O'Keeffe peinture abstraite au Centre Pompidou, que visiter à paris, oeuvre d art, musée paris, ouverture musée, expositions musées

L’exposition suit ces différentes phases en commençant par un hommage à la galerie 291 et aux œuvres de Stieglitz, Picasso ou Matisse qui l’ont inspirée. Mais les œuvres qui pour nous sortent du lot, ce sont ses représentations de fleurs en plus ou moins gros plans et plus ou moins abstraites. Elles sont comme hypnotiques…


Petite astuce pour briller en société : si l’artiste reconnait que ces œuvres évoquent plutôt des sentiments féminins, elle rejette toute interprétation érotique qu’ont pu faire les critiques et que vous pourriez également être tenté de faire…


Centre Pompidou

Place Georges-Pompidou, 75004 Paris

Entrée : 14€ - tarif réduit : 11€ - gratuit -18 ans

Lundi et du mercredi au dimanche de 11h à 21h

Nocturne le jeudi jusqu’à 23h

Fermé le mardi




  • Facebook
  • Instagram