top of page
  • Facebook
  • Instagram

Syndrome de Florence vs Syndrome de Paris


Pas très fairplay ce combat...

Comme tous bons Parisiens, notre impartialité toute relative nous interdit de mettre Paris en compétition avec d’autres villes.


Mais si l’on se réfère aux syndromes de Paris et de Florence, force est de constater que la ville italienne nous met la pâtée…


Alors que le syndrome de Paris désigne une forte déception pouvant mener à une dépression, le syndrome de Florence se rapporte aux troubles que l’on peut ressentir face à trop de beauté.


Décrit en 1817 par l’auteur Stendhal, subjugué par la magnificence de la basilique Santa Croce à Florence, le syndrome de Florence, également appelé syndrome de Stendhal, inclut une accélération du rythme cardiaque, des vertiges, voire des hallucinations.


Il a été étudié de façon très sérieuse par la psychanalyste Graziella Magherini en 1980.


Au contraire, le syndrome de Paris, baptisé ainsi en 1988 par le psychiatre Hiroaki Ôta, désigne la désillusion que peuvent vivre certains touristes à Paris, et notamment les Japonais, après avoir idéalisé cette ville.


Ce trouble peut entrainer une dépression voire des attaques de panique dans les cas les plus graves. Sympa…

Comentários


bottom of page