top of page
  • Facebook
  • Instagram

Le trio Bleu de Miró


bleu I, bleu II, bleu III, bleu de miro, trio bleu de miro, analyse oeuvre de miro, secret d'art, anecdote insolite, décrypter une oeuvre, grands mouvements artistiques peinture, histoire de l art, analyse etude d une oeuvre d art, comment identifier les mouvements artistiques, la culture by rogers, byrogers, roger culture, culture des rogers, culture ludique, culture récréative, la culture qu'on comprend, culture simple
👆 C'est vrai que c'est très bleu...

Dans les années 1910, une nouvelle forme d’art apparaît, l’Art abstrait. Il s’agit de toiles de style « J’aurais pu le faire », ou « C’est quoi ces gribouillis », composées de tâches, de points et de traits, qui ne représentent rien de reconnaissable.


Ce nouveau mouvement fait de nombreux adeptes, dont Miró (1893-1983), un artiste d’origine espagnole. L’une de ses œuvres les plus célèbres est son triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III, exposé au Centre Pompidou à Paris.


Ces toiles immenses sont presque couvertes de bleu, cohérent, à l’exception de quelques points noirs et de traits rouges.


Si l’ensemble pourrait sembler simpliste, en réalité, ces œuvres ont demandé beaucoup de travail. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, Miró ne se contente pas de faire des gribouillis au hasard sur ses toiles.


Pour ce triptyque, il lui a fallu près de 10 mois de réflexion avant de passer à l’action. L’artiste déclara : « J’ai mis beaucoup de temps à les faire. Pas à les peindre, mais à les méditer. Il m’a fallu un énorme effort, une très grande tension intérieure, pour arriver à un dépouillement voulu. » 🤔🤔🤔 


Bon, il n’empêche qu’il n’est pas simple de donner du sens à une toile toute bleue… Ce que l’on peut vous dire c’est que Miró y voyait l’éloquence du silence. On vous laisse méditer là-dessus… 😬

Comments


bottom of page