Performance vs Happening

Saviez-vous que votre corps pouvait être le support d’une œuvre d’art ? Et on ne parle pas de body painting…


Photo Performance happening, grands mouvements artistiques peinture, histoire de l art, analyse etude d une oeuvre d art, comment identifier les mouvements artistiques
On sent que ça va être tiré par les cheveux cette histoire... - Relation in space, Marina Abramovic & Ulay, 1976 - DR

Dans l’Art Contemporain, on trouve souvent de drôles de choses. Il y a par exemple l’Art Conceptuel avec des œuvres telles qu’une banane scotchée au mur. Mais il existe aussi un mouvement souvent moins connu, l’Art Corporel. Dans ce courant, c’est le corps de l’artiste qui devient le support de l’œuvre. On parle alors souvent de Performance ou de Happening.


Bon, ceux qui sont pressés s’arrêteront là et retiendront que tout ça représente à peu près la même chose. Au cas où il resterait quelques lecteurs, on ne sait jamais, nous avons prévu d’expliquer un peu ces deux notions.


Performance-louvre-lens-choregraphie
Là, la visite guidée devait être un peu longue... - Chorégraphie : Je (ne) suis (pas) Anne Teresa De Keersmaeker

La Performance et le Happening sont des œuvres non matérielles, éphémères, évolutives, qui se produisent en un temps donné et un lieu déterminé. Ce qui les distingue c’est que la Performance est plutôt scénarisée alors que le Happenning laisse place à l’improvisation.


Dans une Performance, tout le déroulé est globalement écrit à l’avance. Au contraire, dans le Happening seul le point de départ est prévu, le reste de l’événement est laissé au hasard ce qui le rend complètement imprévisible. Du coup, plus il y a d’interactions avec le public, plus on s’approche du Happening.


Par exemple, quand Marina Abramovic, la reine de l’Art Corporel, dans son oeuvre Rythm o, laisse aux visiteurs 72 objets, parmi lesquels on trouve plume, parfum, vin, mais aussi barre de fer ou pistolet chargé, à utiliser sur elle comme ils le veulent, c’est un Happening. Plutôt risqué d’ailleurs…


Alors que quand Chris Burden, un autre grand pratiquant de l’Art Corporel, demande à un de ses amis de lui tirer dessus dans son oeuvre Shoot, pour montrer la banalisation de la violence dans notre société, tout est écrit comme dans une Performance. Bon, il n’avait pas prévu que ce serait son bras qui serait sévèrement touché et qu’il irait aux urgences, mais ça ce sont les aléas du direct…



N'OUBLIEZ PAS VOTRE SHOT DE CULTURE HEBDOMADAIRE

AVEC NOTRE NEWSLETTER




Performances citées dans l'article - DR

  • Facebook
  • Instagram