La Marquise de Brinvilliers, bourreau des coeurs

Saviez-vous, à tout hasard, quel est le féminin de bourreau ? Ça nous aiderait bien pour le titre de l'article. Au début on avait mis bourrelle mais ça faisait bizarre...

Photo gravure Marquise Brinvilliers, secret d histoire, personnages historiques, les secrets de l histoire, anecdote historique, anecdote insolite, anecdote amusante, biographie, apprendre en s'amusant, briller en société, l'histoire pour les nuls, balade historique, promenade dans les pas de l'histoire
La Brinvilliers aurait du réfléchir à deux fois avant de se lancer dans le business des poisons...

Marie-Madeleine Anne Dreux d’Aubray, oui tout ça, est le stéréotype de la parisienne. Nous l’apprécions déjà…

Aristocrate célèbre, résidente dans un superbe hôtel particulier dans le Marais, elle est surnommée l’empoisonneuse, à cause, ou grâce, à ses nombreux crimes par empoisonnement. Cohérent. 

En vérité la vie n’a pas été facile pour la Marquise. Victime de viol à l’âge de 7 ans, victime d’inceste à 10, elle est mariée à un homme qu’elle n’aime pas et accouche de 7 enfants dont 4 seraient illégitimes. Quelle vie… 

La marquise teste ses poisons sur son père et ses frères. Une belle conscience professionnelle...

Avec ce poids sur les épaules, pas étonnant qu’elle ait craqué... Elle tombe dans l’adultère et fait de Gordon Chevalier de Sainte-Croix son amant. C’est lui qui lui enseigne ce qui deviendra sa spécialité… l’art de l’empoisonnement.


Apparemment elle testait ses petits mélanges sur des patients d'hôpitaux où elle s'était portée volontaire, ou des domestiques… Normal. Son dernier rat de laboratoire fût son père, qui meurt lentement et dans la douleur. Une fois la tâche accomplie, elle veut toucher son héritage. Mais elle a des frères, mince. 

L’idée de partager ne lui effleure même pas l’esprit. Elle décide de les empoisonner un à un pour toucher l’intégralité du pactole. Business is business…

A force d’empoisonner tout le monde, la Marquise attire l’attention de la police et finit par fuir vers la Belgique mais est finalement arrêtée à Liège. Elle sera torturée des années durant mais ne dira jamais un mot sur ses crimes. Elle finit décapitée en 1676 avant d’être brûlée…Pas un châtiment de plaisantins… 

Quant à ses fidèles fioles, elles seront jetées dans la Seine… Pauvres poissons.


La culture sur le terrain : Les spots de la Brinvilliers


Vous retrouverez sur la carte de l’article les lieux qui gardent la mémoire de cette sinistre histoire….


VOIR SUR LA CARTE

  • Facebook
  • Instagram