L'interview de Pierre-Auguste Renoir

Saviez-vous que Renoir est tellement connu que c'est une de ses toiles, Le Déjeuner des canotiers, qui a été choisie pour jouer dans le célèbre film Amélie Poulain ?

Photo portrait Pierre-Auguste Renoir, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Bravo parce que faire son autoportrait sans s'en mettre plein la barbe, c'est un exploit - Renoir Autoportrait 1899

Rogers(S) : Salut P-A, tu peux te présenter en deux mots ?

Renoir : Ok, Pierre-Auguste Renoir, peintre français.

Roger(S) : Super. Parlons tout de suite de ce qui nous intéresse, Parisien ou pas Parisien ?

Renoir : Hélas, pas tout à fait Parisien. Je suis né à Limoges en 1841. Mais vu qu’il n’y avait pas grand-chose à faire là-bas, ma famille et moi sommes vite venus nous réfugier à Paris. Et j’ai rapidement pris mes marques.

Roger(S) : Ah d’accord, et tu traînais dans quels coins ? 

Renoir : J’ai grandi juste à côté du Louvre, il y a pire comme endroit… Ensuite j’ai vécu place Dauphine et j’ai pas mal arpenté le 6ème arrondissement pendant mes études aux Beaux-Arts de Paris.

Roger(S) : Justement, parlons-en, plutôt cancre ou premier de la classe pendant ces études ?

Renoir : Aïe, plutôt cancre… et un peu rebelle aussi. On ne peut pas dire que ma peinture faisait fureur au début, j’ai un peu ramé. Heureusement que j’avais le soutien de la bande…

Roger(S) : Ah oui ? Il y avait qui dans ta bande ?

Renoir : J’ai bossé avec Degas, Cézanne et Pissarro quand nous avons monté la Société Anonyme Coopérative boulevard des Capucines. Enfin notre première exposition impressionniste en fait… Mais mes grands copains c’était surtout ceux de l’école, Monet, Sisley et Bazille. J’ai même vécu en colloc’ avec Bazille, c’est pour vous dire…


Roger(S) : En collocation… C’était pour faire des économies ?

Renoir : Franchement, on ne peut pas dire que je roulais sur l’or… Du coup je faisais des portraits çà et là pour essayer de vivre décemment. Je peignais aussi ma famille pour le plaisir. Et un jour j’ai rencontré ma muse ultime, future mère de mes cinq enfants, Aline Charigot. Avec elle, j’ai réalisé mes plus grands chefs-d’œuvre, et imposé mon style impressionniste. Mais vous connaissez sûrement mes toiles… enfin j’espère ! 

Roger(S) : Euh… Rafraichis-nous la mémoire, l’œuvre dont tu es le plus fier ce serait quoi ?

Renoir : Pas facile, j’ai quand même plus de 4000 œuvres à mon actif… J’hésite entre les Baigneuses et le Bal du Moulin de la Galette. Non plutôt Le Déjeuner des canotiers, une des plus connues. Elle a même été reprise dans le film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

Roger(S) : Pas mal, en effet. Et elle se termine comment cette aventure ?

Renoir : J'ai dû quitter la capitale, impensable pour des Parisiens comme vous. C’est vrai que j’ai été rattrapé par ma santé fragile et notamment la polyarthrite qui a déformé mes mains. J’ai donc déménagé à Essoyes pour peindre au calme. Et c’est en 1919 que j’ai fermé une dernière fois les yeux à Cagnes-sur-Mer après 78 ans d’une vie bien remplie. 


Roger(S) : Merci pour cet échange P-A, c'était très instructif.



La culture sur le terrain : Renoir et Paris


Vous pourrez notamment découvrir ses nombreux ateliers parisiens et voir à quel point ce peintre avait la bougeotte.


VOIR SUR LA CARTE



Copyrights :

Le déjeuner des Canotiers, Renoir © Memorial Gallery Phillips - Washington

Bal du Moulin de la Galette, Renoir, 1876 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi

Baigneuses dans la forêt, Renoir, 1897 © Collection Barnes Foundation

  • Facebook
  • Instagram