L'interview d'Edith Piaf

Saviez-vous qu'Edith Piaf ne se levait jamais avant 15h ? "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt" qu'ils disaient...

Photo Edith Piaf, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Edith en train de regarder une chanson s'envoler sous le ciel de Paris - DR

Roger(S) : Bonjour Édith, pas sûr que l'on connaisse ton vrai nom... Tu nous fais un petit rappel ?

Édith : Bien sûr, alors c'est Édith Giovanna Gassion. Piaf pour les intimes ou sinon, vous pouvez m’appeler la Môme. Je suis née le 19 décembre 1915 et je suis chanteuse. 

Roger(S) : Très bien, et tu es née sur Paris, non ? 

Édith : Alors, oui, je suis pure parisienne, j'ai vu le jour dans le quartier de Belleville. Les rues de Paris ont été le terrain de l’expression de mon art, la chanson. Cette ville occupe une place importante dans mon cœur. 

Roger(S) : Ahhh Paris et les artistes, une histoire d’amour sans fin n’est-ce pas ? Dans quels quartiers aimais-tu traîner le plus ?

Édith :  Les rues de Pigalle ont vraiment été le témoin de mes premiers pas dans la chanson et Belleville de mes premiers pas tout court. Les cabarets de Pigalle ou encore celui des Champs-Élysées m’ont vu grandir.


J'ai failli refuser le titre Non je ne regrette rien.

Roger(S) : D’après ce que tu nous dis, tu sembles avoir vite été propulsée dans la vie professionnelle.

Édith : Alors, il est vrai que je n’ai pas vécu une vie banale et linéaire. Je suis née dans une famille d’artistes de rue. Clairement, ma vie était rythmée par la musique et la route. J’ai vécu ce qu’on peut appeler une vie de bohème, pleine de magnifiques rencontres professionnelles. La première personne qui changera ma vie c’est Simone, ma meilleure amie. Elle m’a soutenue et accompagnée durant tant d’années... On a fait les quatre-cents coups ensemble. Puis, j’ai rencontré Louis Leplée, un gérant de cabaret et le premier à faire confiance à mon talent. Puis de fil en aiguille je me suis faite repérée par de grands noms du Paris artistique comme Jacques Canetti, Yves Montand, Paul Meurisse, Henri Contet et même Charles Aznavour...

Roger(S) : Effectivement, ça en fait du beau monde... Mais tu as aussi eu des fréquentations un peu moins glorieuses, non ?

Édith : C'est vrai que j'ai chanté pour l'occupant... La politique ça "n'était pas mon truc", comme j'aimais à le répéter. Mais chanter à l'Etoile de Kléber qui était en voisinage étroit avec le siège de la Gestapo de la rue Lauriston n'était peut-être pas ma meilleure idée...


Roger(S) : Bon, après tout, personne ne t'en a tenu rigueur à la Libération alors passons à autre chose. Du coup, une belle carrière et de bons revenus ?

Édith : C’est vrai, j’ai commencé à gagner ma vie assez tôt. En fait, dès que j’ai commencé à chanter dans la rue, les gens appréciaient ma voix et donnaient généreusement. Ensuite, ça s’est enchainé, j’ai signé des labels, je suis devenue une artiste Music-Hall et même actrice et auteure. Mes titres La foule ou La vie en rose, qui résonnent encore aujourd’hui, me rendent très fière. Mais j'ai failli faire de belles bourdes, comme en refusant le titre Non je ne regrette rien. C'est Claude Berri, mon amant de l'époque, qui m'avait dit de ne pas chanter "cette connerie".

Roger(S) : Ah, justement, assez parlé boulot, côté coeur, ça se passait comment ?

Édith : De ce côté, je dois dire que ma vie a été plutôt tragique... Ma vie amoureuse a été pleine et épanouissante , j'ai eu de très nombreux amants. Mais elle a souvent été accompagnée de dénouements dévastateurs. Un enfant décédé, des amants assassinés, des maris disparus brutalement... Ces étapes difficiles de ma vie, mêlées au succès et au bonheur m’ont fragilisée. La dépression et la maladie n’ont pas aidé non plus et m’emporteront le 10 octobre 1963 à l’âge de 47 ans seulement. 


Roger(S) : Aïe... Malheureusement, rares sont ceux qui peuvent se vanter d'avoir réussi vie professionnelle et vie sentimentale. Quoiqu'il en soit, merci beaucoup d'avoir fait le déplacement pour cette interview.


La culture sur le terrain : Piaf et Paris


Découvrez les lieux marqués par le passage d'Edith Piaf. Vous retrouverez notamment l'adresse à laquelle Edith a écrit l'Hymne à l'Amour.


VOIR SUR LA CARTE

  • Facebook
  • Instagram