L'interview d'Auguste Rodin

Saviez-vous que Rodin n'était pas franchement un bon élève ?

Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Pas la peine de nous toiser comme ça, tu sais bien qu'on va poser la question qui fâche... - Portrait de Rodin, DR

Roger(S) : Salut Auguste, tu te présentes un peu pour nos lecteurs ?

Auguste : Mon nom c’est François Auguste René Rodin, mais on me connait sous le nom d’Auguste Rodin. Je suis né le 12 novembre 1840 à Paris dans le 5ème, mais j’ai surtout trainé dans le 7ème.


"J’ai tenté les Beaux-Arts trois fois sans succès…"

Roger(S) : Des quartiers plutôt chics, ça devait aller les affaires pour toi…

Auguste : Ça n’a pas toujours été le cas. J’ai commencé par participer à la reconstruction urbaine de Paris, sous l’impulsion du Baron Haussmann, mais mes initiatives n’étaient pas vraiment bien vues… En 1863, j’ai réalisé L’Homme au nez cassé, ma première grande sculpture, rejetée par le Salon de 1865. En 1877 avec L’Âge d’Airain, trop réaliste pour avoir été modelé, on m’accuse d’avoir moulé un modèle vivant, voire un cadavre. C’est un peu comme si on accusait De Vinci d’avoir décalqué La Joconde… Je m'en suis défendu pendant 3 ans. Après ça, fini les œuvres à taille humaine, mon Saint Jean-Baptiste faisait 2m05.


Roger(S) : Du coup tu leur as tous cloué le bec...

Auguste : Si c’était si simple… Pour l'Âge d'airain, on me reprochait aussi le choix d'un sujet trop léger : ni mythologie, ni corps idéalisé. Mon Penseur aussi a été tourné en dérision : "brute énorme", "gorille"… Même Le Corbusier a écrit : "je ne puis aimer ce gros boucher, bête". Et que dire de mes sculptures de personnalités célèbres… Elles ont déchaîné la critique. Et vous en savez quelque chose, vous avez parlé de tous mes flops déjà et en particulier du Balzac bd Raspail


Roger(S) : Tu as tenu bon malgré les critiques ?

Auguste : J’ai failli abandonner, à la mort de ma sœur Maria, je n’avais plus le courage de persévérer. Je me suis recueilli dans la congrégation du père Eymard, dont j’ai voulu faire le buste. Mais il ne l’a pas aimé car sa chevelure lui faisait des cornes. Chez les religieux on n’aime pas trop les cornes… Il m’a quand même convaincu de retourner à la sculpture. Et puis mon père m’a toujours dit « Si tu veux être artiste, alors sois le meilleur », donc j’ai persévéré.

Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Il réfléchit ou il fait la gueule ? C'est pas clair... - Le Penseur, Rodin
Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Effectivement, niveau réalisme on n'est pas mal... - L’Âge d’airain, Rodin

Roger(S) : Et finalement, tu es content de t’être entêté dans cette voie ?

Auguste : Plutôt, oui. J’ai réalisé 7 000 sculptures et 10 000 dessins. Une carrière plutôt reconnue puisque vous avez célébré le centenaire de ma mort dans toute la France en 2017. J’ai même été sacré Chevalier de la Légion d’Honneur en 1887. A 40 ans, l’État français a fini par m’acheter L’Âge d’airain et m’a commandé une porte pour le Musée des Arts Décoratifs. C’est là que j’ai travaillé sur La Porte de l’Enfer, inspirée par La Divine Comédie de Dante. Je voulais la finir pour l’Exposition Universelle de 1889 mais on m’a commandé les Bourgeois de Calais. En 1907, une version luxueuse, en bronze et marbre, devait être installée au Musée du Luxembourg, mais ça ne s’est pas fait. Du coup je n’ai jamais vu le résultat. Toujours est-il que de nombreux fragments de la porte sont devenus des œuvres à part entière comme Le Penseur ou Le Baiser.


Roger(S) : Et quelles oeuvres ! Mais t’es un type brillant en fait ?!

Auguste : Ah, ça dépend des points de vue… Même si j’ai pu intégrer une école de dessin à 14 ans, c’était une « petite école ». J’ai tenté les Beaux-Arts trois fois sans succès… Heureusement qu’il y avait le Museum d’Histoire naturelle pour étudier l’anatomie… Et puis un voyage en Italie m’a aussi permis d’étudier le mouvement en sculpture. J’admirais beaucoup les artistes de la Renaissance comme Donatello ou Michel-Ange. Il y avait une expo sur eux au Louvre en 2020, j’aurais adoré y aller… Bref, je n’étais pas un élève brillant, non. Et ne pas faire de grande école, ça n’aide pas à se construire un réseau…


Roger(S) : Dans l’art aussi il faut des pistons ?

Auguste : Disons que ça peut aider… A l’époque, c’est la naissance de l’Impressionnisme, mais les cercles d’influence sont dirigés par des peintres. Du coup j'ai beau appartenir au mouvement impressionniste, je suis un peu isolé au début… Heureusement avec la gloire, j’ai pu me faire une place dans ce petit monde. J’ai exposé avec Monet en 1889. Bourdelle et d’autres artistes ont créé un Institut Rodin dans lequel a étudié Matisse. Mon Homme qui marche l’a clairement inspiré pour sa première grande sculpture. J’ai aussi inspiré Giacometti et en 1904, Brancusi a traversé l’Europe, à pied d’après la légende, pour me rencontrer. En même temps, je suis le père de la Sculpture moderne, ce n’est pas rien…


Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
C'est vrai qu'on croirait une sculpture antique cassée... - Homme qui marche, Rodin
Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Il n'a pas l'air ravi que Matisse ait oublié de lui faire des bras... - Le Serf, Matisse

Roger(S) : Sacré parcours, c’est vrai. Maintenant tout le monde reconnait ton génie…

Auguste : Oh, vous savez, il y a toujours des gens pour critiquer… Je n’ai jamais su tailler le marbre. Du coup, ce sont mes assistants qui s’en chargeaient sous ma supervision. Moi je m’occupais du modelage en plâtre et des retouches finales. Même si j’ai souvent posé marteau et ciseaux à la main, comme un tailleur de pierre, je ne m’en suis jamais caché. De nombreux artistes fonctionnaient de cette façon en 1900, mais certains m’ont quand même accusé de tenir une usine…


Roger(S) : Ah, il y a toujours des mauvaises langues. Mais en parlant de critiques, on a entendu pas mal de choses sur tes relations avec les femmes…

Auguste : Bon, on attaque les sujets qui fâchent à ce que je vois… J’ai rencontré ma compagne Rose Beuret en 1864. Mais ce qui fait surtout jaser, c’est ma relation avec Camille Claudel. Je l’ai rencontrée en 1882, lorsqu’elle devient mon élève et mon modèle. Très vite, elle sera aussi ma maitresse malgré nos 24 ans de différence. Nous avons vécu une passion tumultueuse à laquelle je mets un terme en 1888. Elle jalouse mon succès et m’accuse de voler ses idées. Du coup, elle finit par être internée pour démence paranoïaque. Il parait que sa mère et moi avons comploté pour qu’elle passe les trente dernières années de sa vie internée… Sans commentaire. Et puis au moins elle a pu continuer à créer en dehors de mon influence à l’asile de Montdevergues… Bon, j’avoue que la société patriarcale m’a bien aidé sur ce coup là, si les rôles avaient été inversés, l’histoire aurait été toute autre.


Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
Et les gestes barrières, ils sont où ? - Le baiser, Rodin
Photo Rodin, personnages historiques célèbres, lieux d'histoire, biographie, secret d histoire
On n'est pas sûrs d'avoir la même souplesse nous... - Iris, messagère des Dieux, Rodin

Roger(S) : Pas cool… C’est marrant, avec ton œuvre sur Le Baiser, on t’imaginait plus romantique que chaud lapin…

Auguste : Ah mais il ne faut pas croire, j’étais très porté sur l’érotisme. J’ai réalisé 7 000 dessins assez crus qui auraient choqué l’assemblée s’ils avaient été exposés. J’aimais beaucoup saisir le moment où les femmes se laissent aller à l’abandon. Certains verront d’ailleurs un rapprochement entre L’origine du monde de Courbet et mon Iris messagère des Dieux, tant ces deux œuvres sont centrées sur la représentation du sexe féminin.


Roger(S) : Et tu t’es assagi avec le temps ?

Auguste : J’ai fini par épouser Rose en 1917. Bon, j’avais un peu trop tardé, elle est morte quelques semaines plus tard. Très attristé par son décès et moi-même malade, je me suis éteint à mon tour la même année, le 17 novembre. A cause de la guerre, je n’ai pas eu de funérailles nationales dignes de ce nom, mais bon… Heureusement, j’avais fait donation de mes collections à l’État français pour qu’un musée à mon nom soit créé à l’Hôtel Biron où je résidais.



LA CULTURE SUR LE TERRAIN : LES LIEUX DE RODIN A PARIS AVEC LA CARTE DE NOTRE APP



ET N'OUBLIEZ PAS VOTRE SHOT DE CULTURE HEBDOMADAIRE

AVEC NOTRE NEWSLETTER





Copyrights :

Le Penseur, Rodin, 1904, - Paris, Musée Rodin (photo Christian Baraja)

L’Âge d’airain, Rodin, 1877 - Musée Rodin

Homme qui marche, Rodin - RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Le Serf, Matisse - Photo François Fernandez - Succession H. Matisse

Le baiser, Rodin - Paris, Musée Rodin (photo Hervé Lewandowski)

Iris, messagère des Dieux, Rodin - Musée Rodin

  • Facebook
  • Instagram