Frédéric Mistral

1830-1914


Son job

Écrivain et défenseur de la « langue d’oc »


Sa bobine

A la barbichette digne d’un bouquetin


Sa bio flash

Connu, ou pas, pour ses écrits et notamment son œuvre Mirèio qui lui vaut le prix Nobel de Littérature en 1904, Frédéric Mistral n’a aucun lien avec le vent du même nom.


Après des études de droit, Fred se fait le défenseur du Provençal et décide de restaurer cette langue « par le souffle et la flamme de la divine poésie ». Il est d’ailleurs l’un des rares auteurs à recevoir un prix Nobel pour un texte dans une langue non reconnue par l’État. Il faut dire qu’il met 8 ans à écrire cette œuvre, qui est du coup plutôt réussie. Il consacre son prix à la création du Museon Arlaten, un véritable Panthéon du Provençal, installé en 1909 à Arles que vous pouvez encore visiter aujourd’hui.


Sa personnalité solaire lui vaudra de nombreuses amitiés avec des « people » de la région. Il faut dire que sa devise était « Lou Soulèu me fai canta », ou « le soleil me fait chanter » pour les moins provençaux d’entre nous. Cela ne l’empêchera pas de s’embrouiller avec Alphonse Daudet, selon les rumeurs, après qu’il ait repris l’histoire du suicide de son neveu dans sa nouvelle L’Arlésienne. Pas cool…


Son style

Provençal, logique…



👇 PARTAGEZ L'ARTICLE 👇

  • Facebook
  • Instagram