top of page
  • Facebook
  • Instagram

Les bébés moches dans l’art

Saviez-vous qu’au Moyen-Âge les bébés étaient loin d’être trognons ? A en croire les peintures en tout cas…


bébé moche art, bébé laid art, bébé moche peinture, bébé laid peinture, bébé moyen age, représentation des bébés, secret d'art, anecdote insolite, décrypter une oeuvre, grands mouvements artistiques peinture, histoire de l art, analyse etude d une oeuvre d art, comment identifier les mouvements artistiques, la culture by rogers, byrogers, roger culture, culture des rogers, culture ludique, culture récréative, la culture qu'on comprend, culture simple
Vous êtes sûr qu'il n'y a pas eu erreur à la maternité ?

Si vous avez déjà fait un tour au Musée de Cluny spécialisé dans le Moyen-Âge ou dans tout autre musée ou exposition d’œuvres de cette période, vous avez peut-être déjà remarqué que les bébés sont rarement des premiers prix de beauté. Et c’est peu dire…


Rappelons que le Moyen-Âge est situé entre 400 après Jésus Christ et l’an 1400 et que la Renaissance commence vers 1300 en Italie et au début du XVème siècle en France. Les bébés moches sont nombreux pendant tout le Moyen-Âge et particulièrement sur la période de chevauchement des deux époques avant de laisser place à des bébés joufflus bien plus réussis à partir de 1400.


Alors, les bébés sont-ils subitement devenus beaux en 1400 ? Bon, même les bébés d’aujourd’hui sont sans doute magnifiques, il est difficile de croire qu’il y ait eu un embellissement inexpliqué.


Une autre explication possible serait que les peintres du Moyen-Âge ne savaient pas représenter les bébés. Mais imaginer que les artistes savaient peindre à la perfection à peu près tout sauf des bébés semble assez illogique…


En réalité, le fond de l’explication est très simple : c’est la faute de Jésus. Bon, pour ceux que ça intéresse, on va quand même détailler un peu cette explication qui doit vous sembler tirée par les cheveux. Et pour les autres… il faudra faire semblant de s’y intéresser car on a prévu d’en parler quoiqu’il arrive…


Au Moyen-Âge, la plupart des commandes artistiques viennent de l’Église et donc les bébés représentés sont presque exclusivement des petits Jésus. Or la Bible parle d’homoncule, un terme technique qui signifie que Jésus est un homme de petite taille. En clair, Jésus n’a jamais été un bébé, il est né mûr, c’était juste un adulte miniature. Et là, toutes les peintures prennent sens…


En effet, les peintres ne peignent pas un bébé Jésus mais un petit adulte. Ils lui ajoutent des rides et une calvitie pour signifier sa sagesse et sa maturité précoce, tout en restant réaliste pour répondre aux prérogatives de l’Église qui veut que Jésus ait été envoyé parmi les hommes comme un de leurs semblables. Le résultat ? Des bébés chauves, ridés, le teint livide, brefs des bébés moches.


Entre 1300 et 1400, c’est le début de la Renaissance en Italie puis en France et des commandes artistiques par de riches collectionneurs. Avec cette période vient l’idéalisation du corps. Tout comme sur les statues des dieux de la mythologie grecque, les peintres ajoutent des muscles au petit Jésus. Et autant dire qu’ils n’y vont pas de main morte avec leurs bébés bodybuildés. Une nouvelle vague de bébés moches mais un peu différents.


Heureusement, ou pas, les choses rentrent dans l’ordre à partir des années 1400 lorsque les portraits de famille deviennent à la mode. Ben oui, qui voudrait d’un souvenir de son bébé en version laide ? Mais bon, ces peintures nous auront quand même bien fait marrer…


Retrouvez notre sélection des bébés les plus moches de l’Histoire de l’Art ci-dessous.




Comments


bottom of page