L’Art Pariétal

Quand ?

De l'Aurignacien à la fin du Magdalénien. Bon, de -36 000 ans avant JC à -10 000 ans, c’est sans doute plus clair…


Où ?

En France et en Espagne principalement


Qui ?

Les Aurignaciens, les Magdaléniens et sans doute l’Homme de Neandertal. Par contre on n’a pas leur petit nom…


art pariétal, art rupestre, art préhistoire, chauvet, lascaux, grands mouvements artistiques peinture, histoire de l art, analyse etude d une oeuvre d art, comment identifier les mouvements artistiques
Ils ne se lavaient pas les mains à l'époque ? - Photo de peinture d'Art pariétal - DR

Quoi ?

L’Art pariétal englobe toutes les œuvres réalisées par des êtres humains sur des parois de grotte. Donc si vous faîtes un graffiti dans une grotte, c’est de l’Art pariétal. Ou pas… Du coup on va peut-être étoffer un peu notre explication…


L’Art pariétal, souvent confondu avec l’art rupestre qui réunit les œuvres sur roches à l’air libre, est un peu différent des courants que l’on connaît aujourd’hui. Il ne s’agit pas de s’intéresser au talent réaliste de l’artiste comme pour les Beaux-Arts, ni au message transmis comme pour les Arts modernes et contemporains. Ici, on s’intéresse tout simplement à tous les dessins et gravures réalisées par l’être humain pendant la Préhistoire, et tant pis si ça ressemble au dessin de votre neveu de 3 ans.


Aujourd’hui on compte plus de 45 millions d’œuvres d’Art pariétal réparties sur 160 pays. Si le Portugal, la Roumanie, l’Italie, ou la Russie se targuent de posséder des grottes à Art pariétal, c’est en France et en Espagne que l’on en compte le plus grand nombre, avec 400 sites rien qu’en France. De quoi nous rendre fiers…


Mais l’Art pariétal n’a pas toujours été source de fierté. En 1879, l’Espagnol Marcelino Sanz de Sautuola décide d’explorer une grotte découverte par un chasseur sur ses terres, accompagné par sa fille de 8 ans. C’est elle qui découvre des « taureaux » dessinés au plafond. Sautuola publie ses conclusions en 1880 : les Hommes des cavernes faisaient de l’Art. C’est la découverte de l’Art pariétal, ou presque…


En réalité, les experts en Préhistoire tels que Émile Cartailhac rejettent en bloc cette histoire et n’imaginent pas que l’Art ait pu exister à l’époque. De là à dire que c’est la petite fille qui a dessiné les bisons, il n’y a qu’un pas qu’ils n’étaient pas loin de franchir. Ce n’est qu’en 1902 après la découverte de Font-de-Gaumes que Cartailhac publie l’article « Mea culpa d’un sceptique ». L’Art pariétal est alors enfin pris au sérieux.


Les œuvres d’Art pariétal sont alors datées tant bien que mal et étudiées. Au silex, avec des blocs de pigments, des pochoirs en peau, des pinceaux ou directement avec les doigts, on recense deux formes d’expression dominantes : le dessin et la gravure. On découvrira Chauvet en 1994, l’une des rares grottes de France où la peinture est utilisée. Cette grotte prouve que cela fait plus de 30 000 ans que l’être humain maîtrise la gravure et le dessin. Enfin, certains êtres humains parce que nous, c’est très moyen…


Combien ?

Jusqu’à preuve du contraire, les grottes contenant des œuvres préhistoriques ne sont pas à vendre. Donc on peut plus ou moins dire que l’Art pariétal n’a pas de prix, il est hors marché.


Le saviez-vous ?

Les plus anciennes peintures figuratives se situent en Indonésie. Elles datent de 43 900 ans avant ce jour, enfin à quelques jours près, et se situent dans la grotte de Leang Bulu Sipong sur l’île de Sulawesi.




  • Facebook
  • Instagram